13 versus quelques milliers

D’un côté, en Afrique, 13 jeunes hommes viennent de donner leur vie pour leur pays, leur patrie !

De l’autre côté, sur le territoire français, des milliers de personnes de tout âge défilent dans les rues, pour un idéal !

Loin de leurs familles et amis, des hommes sont volontaires pour se battre contre un ennemi dont ils ignorent le visage réel au prétexte qu’il pourrait nuire à leur pays. L’idée que dans ce pays qu’ils défendent à distance, pourrait se trouver leur propre intérêt dans leurs biens ou leurs proches ne les effleure pas. Ils n’ont pas choisi d’être militaire pour défendre leur pré carré, leur patrimoine ou leur richesse. Eux savent ce qu’est donner sa vie et ce que vaux la devise « mort pour la France ».

D’autres mènent sur le sol national une guerre qu’ils ont déclarée contre les riches, les gouvernants, qu’ils soient patrons ou politiques. Leur ennemi est politique, économique, social. Il est partout et c’est globalement tout ce qui se situe au-delà de leur zone de vie. Comme chaque zone de vie diffère d’un individu à l’autre, l’ennemi change de visage d’un individu à l’autre. Plus l’ennemi se trouvera en haut d’une hiérarchie ciblée, plus la cible sera consensuelle. Le président de la République en fait donc les frais en premier lieu, peut-être parce qu’il est le seul ou presque à pouvoir sommer autant d’animosité de la part de chaque individu. L’Homme qui part en guerre est persuadé que l’ennemi, une fois décapité, est en passe de capituler. Et puis la mobilisation des troupes est beaucoup plus facile si on personnifie la cible.

En Afrique, les ordres sont les ordres et un militaire, officier de surcroît, n’est pas autorisé à les discuter. Dans les faits, ce serait perte de temps, et le temps est un élément de survie. Les actions sont dirigées, efficaces et bénéfiques au groupe, mais surtout au pays. Celui qui part en opération doit en revenir, et il en va de la responsabilité de tous de veiller au retour de chacun. Quand la mission échoue sur des pertes humaines, la responsabilité est partagée. La faute n’incombe pas à l’attaque ennemie, mais à la défense française, qui peut-être n’a pas su anticiper, a ouvert une faille malgré elle, a mal ciblé son attaque …. Là bas, les balles ne sont pas en caoutchouc, les grenades ou les bombes tuent plus qu’elles ne blessent. On pense à la mort, mais comme on est plus fort qu’elle, on n’y pense plus. Si on y laisse sa peau, on sait que que ce ne sera pas en vainc, que la France nous sera reconnaissante, et que nos corps sans vie transpercés par le feu ennemi alimenteront la mémoire d’un conflit pour le bénéfice de la victoire.

Dans les rues de France, on se bat avec des mots, un peu, avec de la violence, beaucoup, contre d’autres, envahisseurs de notre idéal, briseurs de nos ambitions, voleurs de rêves bien souvent consuméristes. La violence de notre ennemi est telle qu’elle justifie notre propre violence. Celui qui détient la richesse nous tient à la gorge, nous met la corde au coup, nous mutile chaque jour davantage. De travailleurs, nous sommes devenus esclaves, exploités par un pouvoir qui nous agresse à coup de taxes, de règles et de privations. L’ennemi n’est pas l’envie, le désir, mais celui qui nous empêche de pouvoir avoir envie. Pourquoi ne serais-je pas en droit de posséder ce dont l’autre dispose. De quel droit me dirige-t-on ? Pourquoi laisserais-je un dirigeant décider de ma condition de vie ? Pourquoi devrais-je supporter une vie de misère alors que d’autres bénéficient d’avantages inouïs ?

Là bas en OPEX, la seule envie qui obsède chaque homme, le matin au réveil, c’est de pouvoir retrouver, épuisé, sa couche le soir. Il sait que sa famille est fière de lui. Il aimerait tant être auprès de sa femme, ses enfants. Il pense à sa mère à son père. Son cadeau de Noël, le plus beau sans doute, sera d’être en vie. Et aujourd’hui 13 ne seront pas de la fête, et c’est une tragédie. De soldats anonymes, ils embrassent malgré eux le statut de héros « mort pour la France ».

Est-ce que chaque français mesure ce que veut dire « mort pour la France » ?

Est-ce que celui qui provoque la police, casse une vitrine, met le feu sur son passage, se bat contre ses frères de sang, aurait un tant soit peu l’ambition de mourir pour son pays. Si oui, 13 places viennent de se libérer, et l’armée française saura trouver une place à tous les volontaires, à tous ceux qui se battront sous l’uniforme de la France, à visage découvert, courageux et déterminés, pour une cause qui dépasse leur propre égoïsme, où l’enjeu n’est pas ce qui se trouve dans les vitrines du luxe, mais bien celui de sauver sa peau et de sauver notre belle France d’un terrorisme sans limite.

Condoléances aux familles de ceux qui sont morts pour la France pour moi, ma famille, mes amis et tous ceux et celles qui nous succèderont.

Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *