ça bouge au Vatican

En ce moment se tient au Vatican en présence du pape François, le synode des évêques d’Amérique latine.

D’après plusieurs informateurs, il est probable que ce synode débouche sur le mariage des prêtres et l’ordination de femmes diacres permanents, mais dans un premier temps, uniquement pour l’Amérique latine.

C’est un sujet qui anime les langues de façon récurrente. L’Eglise Catholique a fait le choix d’un état de vie pour ses prêtres : le célibat. Ce n’est pas là une doctrine héritée de l’Ecriture mais une décision prise en son temps par les Pères de l’Eglise. A noter que d’autres Eglises chrétiennes telles que les anglicans ou les protestants n’ont pas adopté cette doctrine.

Cela fait parler, car l’on situe ce choix à un niveau matériel. Circule l’idée que l’Eglise a choisi le célibat de ses prêtres pour des raisons de disponibilité et de confidentialité. En tant que célibataires, les prêtres seraient plus disponibles pour aller à l’encontre des familles, partager un repas, un temps de vacances, une retraite spirituelle, des séjours, camps colonies de vacances, que sais-je encore ! Et puis le doute s’instaurerait sur des fuites du secret de la confession, ou autre confidence sociale ou humaine. En fait loin de ces contingences séculaires, il s’agissait principalement d’un dogme érigé afin de symboliser le don de la personne dans son entier, à l’amour de Dieu. Le prêtre est le pasteur. Il se donne à ses brebis avec tout son amour qu’il ne peut partager avec femme et enfants. Sa communauté est sa seule famille.

Et puis sont arrivés les problèmes de pédophilies et autres affaires sexuelles dont une certaine équation pouvait laisser croire que ces déviances humaines pourraient être la conséquence d’un célibat forcé. Derrière cette détresse que rencontraient à la fois victimes et bourreaux, se cachait surtout une omerta profonde et intouchable des autorités ecclésiales qui dès qu’elles étaient informées d’un incident ou crime s’empressaient d’étouffer l’affaire préférant éloigner les prélats de leurs tentations plutôt que de les livrer à la Justice de l’Homme.

Alors le Vatican s’est mis à condamner du bout des lèvres tout en se cachant les yeux pour ne pas trop en voir. Parallèlement à cette tornade de déviances sexuelles dont les médias se repaissent, la crise des vocations s’amplifie. Il y a de moins en moins de prêtres. Peu d’hommes ressentent l’appel de Dieu. beaucoup abandonnent leur sacerdoce pour se marier et avoir des enfants. D’autres se cachent et entretiennent une vie maritale en cachette. De l’extérieur, on peut croire ces situations faciles, alors que ce n’est que souffrance quel que soit le côté où l’on se trouve.

Et voilà que devant le manque crucial de prêtres en Amérique latine, on se prépare à accepter le mariage des prêtres et à reconnaitre la place prépondérante de la femme dans l’évangélisation au point de lui permettre d’accéder au diaconat.

Je souris car, on sent la recherche de communication positive sur le sujet. L’Eglise ne se fustigera point d’avoir imposer un système mal viable par ses prêtres depuis des décennies, se gardera de faire une critique sociale des communautés, de la mondialisation, des accès à Internet et à toute forme de communication qui libèrent l’homme et la femme, au point où l’état de célibat devient très difficile à assumer pour qui ne choisit pas de vivre reclus. L’Eglise Catholique qui met en avant sa relation à Dieu par la Prière ; Dieu la guidant dans ses choix viendrait tout d’un coup lui inspirer le mariage des prêtres comme remède au manque de prêtres alors que Dieu est censé appeler l’homme à s’engager dans la prêtrise sur les chemins tracés par le Christ.

Et puis pourquoi en Amérique latine et pas ailleurs dans le Monde. Où sont passés les paroles du CREDO. je crois en l’Eglise, Une, Sainte, Catholique et Apostolique.

Attendons la fin de ce synode, mais maintenant que la rumeur circule, est-ce que le statuquo ne serait pas pire ?

L’actualité nous renvoie des scènes de guérilla urbaine, de peuples en guerre, et de révolutions en marche. Les dirigeants sont dépassés, et l’avenir est inquiétant alors que paradoxalement, l’Homme n’a jamais eu autant de moyens pour faire que la paix règne parmi les peuples. Le Pape est aux commandes de peuples de cultures différentes et de sociétés différentes. Lui aussi dirige un monde de convoitises et d’intérêts. Que Dieu lui vienne en aide ! Mais autant vous le confier, je n’y crois pas beaucoup.

Partagez