Le Cricket Club des talibans

Je viens de terminer « Le Cricket Club des talibans » de Timeri N. Murari aux éditions Gallimard.

Ce livre racontée par une femme explique comment les talibans souhaitant montrer une image favorable de leur politique à l’international décident d’officialiser le sport du cricket à Kaboul en Afghanistan.

L’histoire montre l’enfer que vivent les Afghans chaque jour sous le joug de la police religieuse et des lois des talibans qui, armés jusqu’aux dents, ont droit de vie mais surtout de mort sur chaque habitant. Les femmes ne peuvent sortir qu’emprisonnées sous une burka et accompagnées d’un homme. Elles ont l’interdiction de parler en public et encore moins de s’adresser à un homme. A la maison, elles sont cantonnées à la cuisine.

La culture imposée par les talibans ressemble plutôt à une absence de culture. Toute instruction autre que le coran est interdite, et spécialement aux femmes qui n’ont pas besoin d’aller à l’école, pour cuisiner, s’occuper de leur homme et lui donner des enfants, de préférence des garçons. Les ordinateurs personnels sont interdits, les livres sont interdits, la télévision est interdite. Tout n’est qu’interdit.

Les mariages sont arrangés entre les familles mais si un chef taliban désire une femme, mariage arrangé ou pas, il prend.

Cette idée de cricket est perçue comme une porte de sortie vers un nouveau monde, car les gagnants du tournoi auront l’opportunité de s’entraîner au Pakistan. Alors toute la famille s’entraîne dur pour gagner la compétition.

La maison familiale offre un refuge bien fragile à l’autorité talibane, et chaque sortie représente un risque majeur de violences et parfois de mort. Un regard trop appuyé, un mot malencontreux engendre le fouet ou le tir à balle réelle. L’image de ces femmes fusillées à bout portant dans leur burka effondrées, telles un tas de chiffon sans un regard de leur agresseur ne peut que bouleverser le lecteur.

Ce fascisme ambiant engendre les délations et les vengeances. Il faut se méfier de tout le monde et même de la famille et des amis les plus proches.

Chacun, chacune est seul(e). Chacun, chacune, croit qu’un jour Kaboul redeviendra ce qu’il était avant l’arrivée des tortionnaires et c’est cette perspective de lumière au fond d’un tunnel, cette espérance qui maintient le goût de vivre.

Cette horreur décrite par cette jeune femme laisse au lecteur, un sentiment de découragement et de haine. On ne comprend pas comment des milliers de personnes peuvent accepter une telle dictature sans réagir, et sans zigouiller tous ces tortionnaires. Mais quand on vous tient en joue en permanence, il n’est pas facile de bouger un cil.

Et cela m’a rappelé des temps anciens sur notre territoire, ou milices de Pétain et Nazis collaboraient pour l’extermination des juifs et l’éradication des résistants. Ce temps de délation entre voisins et de collaboration souterraine. Ce temps de tortures et de souffrances déchirant les familles et bannissant les amours. Ce temps qui nous fait souffrir rien qu’en y pensant.

Mais ce que je ne comprends pas, ce sont les nostalgiques de ce fascisme, qu’il soit d’hier ou d’aujourd’hui, ceux qui rêvent encore de croix gammée, de Fuhrer, ou d’un dictât religieux quel qu’il soit. Je ne comprends pas ces jeunes femmes éduquées dans une société ouverte, démocrate, multiculturelle qui se convertissent à une religion qui les relègue à un monde animal, pire à un ventre pour enfanter, cachées sous un voile grillagé et soumises à un homme qui les viole pour son plaisir et leur impose son autorité.

Je comprends ces jeunes qui rêvent d’autorité au bout d’un bâton ou d’une arme, ceux qui s’imaginent régner sur un chaos qu’ils auront obtenu dans le sang d’un combat sans règle, je comprends ces jeunes épris de violence qui sans doute se pisseront dessus dès qu’ils seront du mauvais côté du bâton. Je comprends ces jeunes qui nourrissent un tel désir parce que leur illettrisme leur empêche de connaître les conséquences de leur soit-disant idéal. Ces fous-là, inculte de l’Histoire devraient savoir que jamais le temps ne jouera pour eux et qu’un jour ils périront dans les souffrances qu’ils ont tant infligées à d’autres. Mais peut-être que ce temps même court où l’on jouit du mal qu’on fait à autrui permet de se moquer des enfers qui attendent leur heure.

Le vrai challenge est de savoir dans quel camp on est, dans quel camp sera-t-on si la roue tourne à cause de la folie humaine. Bien sûr on s’imagine du bon côté, du côté des gentils, des résistants de ceux qui bouteront hors frontières l’envahisseur. Mais dans la vraie vie, face au canon pointé sur notre tempe, quelle sera la hauteur de notre courage ?

Je vous laisse découvrir le Cricket Club des talibans avant de répondre à cette question.

Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *