On est mal partis !

On est mal partis !

Il y a encore quelques semaines, on parlait de fracture sociale entre riches, trop riches et pauvres trop riches. Et puis au fil des semaines et des manifestations qui n’en finissent pas, aux couleurs de l’arc en ciel, nous voilà entre français, tous, chacun pour soi, en opposition avec quelqu’un.

Alors qu’on s’est battu intellectuellement et culturellement pour le droit à la différence, voilà que l’on veut que le monde s’aligne derrière notre pensée unique. Les minorités sont attaquées. Les harcèlements de toutes sortes se multiplient. Tout sujet devient conflictuel déclenchant sa volée de violences, d’insultes et de haine. Vive la France, pays, autrefois, des droits de l’homme, transformé en pays de mes droits à moi !

Avant, il y a eu un roi de France qui décidait pour ses sujets, en veillant à ne se priver de rien. Et puis la Révolution a coupé des têtes pour que le peuple ait les mêmes droits que les nobles. Napoléon s’est embrouillé avec le monde entier et les guerres n’ont cessé, à décennies d’intervalles, un peu sur notre terre un peu chez les autres, parfois à notre initiative, parfois à celle du voisin proche ou éloigné. Mais quelqu’en soit le motif, des millions d’humains y ont laissé leur vie sans autre conséquence que de revenir au temps d’avant mais humainement décimé.

Alors , on a tout misé sur la démocratie, sur le plébiscite du vote majoritaire, sur l’union européenne, et on a cru que les élus auraient droit au respect dû à leur victoire. A chaque soir d’élections, on se congratule comme un soir de finale de coupe du monde, on se réjouit collectivement de cette nouvelle ère qui s’ouvre, pendant que les perdants crient à la fraude, au complot et espèrent déjà dans un futur scrutin réparateur. Au final, la démocratie n’est bonne que si nos idées l’emportent.

Les élus et les ministres n’ont pas encore accroché leur veste à la patène de leur nouveau bureau, que les critiques pleuvent à la recherche de la casserole qui pourrait alimenter la polémique. Le journaliste épluche toutes les communications écrites ou audio-visuelles à l’affut de la petite phrase qui pourrait lancer une rumeur quitte à l’isoler du contexte pour en donner plus d’écho. Les réseaux sociaux ont cela de bien, qu’ils adorent propager ce qui leur semble vrai sans en vérifier le moindre tenant.

Plus de 70 années sans bataille sur notre terre républicaine. C’en est trop pour ceux que ça démange de se battre. Par inculture de toute espèce, l’humain se range derrière le leader qui saura mettre en avant les raisons de son désarroi. Le populisme fait recette devant des personnes en manque de recul et de repères, historiques, économiques, culturels et religieux. Il est l’heure des Socraties et des équations au premier degré. (Je me suis déjà exprimé, sur la relativité de la richesse, mais peut-on en vouloir à ceux qui se rêvent plus argentés !)

Désirer une vie meilleure, plus confortable, plus consumériste accompagne le progrès et l’évolution de notre espèce. Il n’y a rien de nouveau, et seul le philosophe ou le sage sait que l’argent ne conduit pas au bonheur. Ce qui est nouveau, c’est que le désir juste et humain de vouloir davantage s’est transformé en droit et que nous avons troqué nos rêves contre des dûs que l’on exige à grands coups de manifestations qui semblent demeurer le seul moyen d’exister et de se faire reconnaitre, preuve s’il en est, qu’il est plus facile d’hurler des slogans en marchant dans la rue que de s’exprimer correctement avec un vocabulaire approprié autour d’une table, ou en écrivant des ouvrages, voire en participant à un débat démocratique, ou un engagement politique.

On en vient à penser que notre propre personne est tellement importante qu’aucune décision concernant mon environnement, qu’il soit dans ma cité, mon pays ou la planète, ne puisse se prendre sans mon feu vert. Il devient donc inutile de voter pour des représentants du peuple qui n’ont de représentants que le nom, puisqu’ils ne représentent pas mes idées à moi. Et puis, si je découvre 2 ou 3 congénères qui partagent une de mes idées, alors je deviens fort et j’acquiers les droits supplémentaires qui justifient la violence de mes actes. Je deviens LA LOI, L’ORDRE, et ne suis plus soumis à d’autres lois que celles qui servent ma personne. Je ne désobéis pas à la République, je suis la nouvelle République, et l’autre, l’ancienne n’a plus raison d’être parce que j’en ai décidé ainsi, et que je ne suis pas tout seul.

Tout cela est si évident pour moi qu’il me faut convaincre la nation par tous les moyens quitte à frotter quelques biens et frotter quelques corps. Cette logique, cette dialectique ne rappelle-t-elle pas des temps anciens qu’on croyait révolus.

Et pourquoi donc ! Parce que les populistes de tout genre souvent rangés dans les extrêmes se partagent en deux camps. Ceux qui disposent de la connaissance qui leur permet de manipuler les foules et ceux qui en sont dépourvus et constitue la masse croyant défendre la noblesse de leurs idées, mais qui ne font qu’alimenter un nombre servant l’assise politique desdits leaders.

Comment en sortir ?

On en est mal partis, mais on peut bien arriver.

Il faut revoir notre système éducatif. Les programmes peut-être, mais surtout en forgeant dès l’école primaire l’intellect de nos enfants par une meilleure connaissance de l’Histoire, moins celle des faits que celle qui a conduit aux faits. Il faut instituer des notions d’économie, d’éthique de morale et d’instruction civique, afin de comprendre que l’individu agit au sein de sociétés imbriquées les unes dans les autres avec des tenants qui le dépassent mais qu’il peut contrôler s’il en a la connaissance. Il faut généraliser la philosophie dès la petite enfance, afin que l’esprit prenne l’habitude de la réflexion et du recul sur la chose qu’elle soit sienne ou quelle soit autre. et puis il faut donner de la place au théâtre à l’école, pour que chacun apprenne l’éloquence et le poids des mots dans le respect de son rôle et du rôle de ceux qui jouent la même scène.

Il faut que les parents réagissent, non pas pour remettre en cause l’autorité d’où qu’elle vienne, mais pour responsabiliser l’enfant de ses actes et de ses gestes. En observant les manifestants blessés parfois gravement ces derniers jours, je me souviens de ces moments où à l’école ou ailleurs, l’enfant provoque l’adulte par ses mots ou ses gestes. Il se met en danger, et la sanction punitive finit alors par tomber d’une façon ou d’une autre. Quand la police, qui est là pour maintenir l’ordre, ordonne à un manifestant de reculer ou de se déplacer, et que celui-ci répond par la provocation verbale ou gestuelle et la désobéissance, il s’expose au risque de prendre un mauvais coup. Similitude de genre, de situation entre enfants et adultes mais attitude bafouée par ceux qui prétendent que leur droit est plus légitime que celui de la République, tout comme l’enfant qui estime qu’il a raison et que ses parents ont tort.

Après tout, j’ai bien aussi le droit de rêver moi aussi !

Partagez