L’Etat c’est nous, non ?

J’ai envie de réagir à cette révolte qui agite notre pays.

Les lendemains d’émeute se suivent et se répètent. 3 semaines à peine après que la France ait fait mémoire de son passé guerrier, de ses millions de morts pour la France sans que pour autant chaque mort ne trouve dans la guerre une quelconque justification, voilà que l’on fomente une révolution, prémices d’une guerre civile motivée par tant d’inégalités.

Les français sont des révolutionnaires et sont fiers de leurs revendications ; mais les motivations justifiées de la Révolution se font dépasser par des individus qui ne voient dans une révolution que l’instant d’instituer le chaos.

La France vante sa démocratie, alors que le français ne se sent démocrate que le jour où il insère un bulletin de vote dans une urne, brisant dès sa défaite toute notion de démocratie pour descendre dans la rue hurler contre le pouvoir élu au seul prétexte qu’il ne l’est pas de son fait.

La France vante les droits de l’homme et la liberté d’expression à condition que nul ne vienne attaquer le pré carré de son idéologie, de son courant de pensée ou de son patrimoine.

Le français s’insurge dès qu’on porte atteinte à ses droits, mais s’ingénie à contourner le droit dès que celui du groupe contrarie celui de l’individu.

Le français veut plus de justice à condition qu’elle lui soit favorable. La Justice est d’ailleurs d’autant plus juste qu’elle me donne raison.

Le français veut moins de taxes, mais plus d’équipements publics, plus de transports en commun et de préférence gratuits, une meilleure qualité des réseaux routiers,  la gratuité des autoroutes et la vitesse libre sauf devant chez soi parce c’est plus dangereux, le très haut débit pour tous, un salaire élevé, des vacances pour tous, plus de sécurité, un enseignement à effectifs réduits, une place pour tous en crèche, un médecin à proximité de tous, un accès aux soins gratuit, illimité et partout sur le territoire, la liberté d’entreprendre, d’embaucher, le plein emploi avec du travail pour tous, près de son domicile, une prise en charge à 100% des personnes âgées comme des enfants, la présence postale dans chaque quartier, l’énergie verte, plus de  pollution, le maintien des forêts et j’en oublie.

Bien sûr, tous ces désirs pourraient être exaucés si l’argent ne restait pas dans la poche des riches qui ne cessent de s’enrichir, pendant que des salariés dorment dans leur voiture, parce que leur salaire ne peut couvrir un loyer.

A ce qui pourrait passer pour une lapalissade, j’y vois quelques obstacles. D’abord, il est faux de penser qu’en appauvrissant les riches on enrichit les pauvres.Pourquoi ? Parce la société est ainsi faite que c’est la richesse d’une minorité qui produit les richesses du plus grand nombre. Certes, il est possible de réduire le gap, mais le faire relève plus d’un geste symbolique que d’une véritable avancée sociale. Oter 1 million d’euro à 1 individu pour le répartir à un million de personnes ne donne jamais qu’un seul euro à chaque individu. Augmenter le SMIC horaire de quelques centimes, représente des millions d’euro pour la collectivité, et malheureusement qu’une broutille pour le salarié. Mon raisonnement ne veut pas dire qu’il ne faut pas le faire. Je veux seulement démontrer que la volonté individuelle de gagner plus ne peut pas se faire en prenant dans la poche de ceux qui en ont plus.

Je pense que le système capitaliste a atteint ses limites dans la recherche du plaisir individuel, celui de posséder plutôt que de partager, celui de dominer plutôt que de collaborer, celui de consommer sans même profiter du peu que l’on a.

Trop nombreux sont ceux qui ne savent pas quoi faire de leur argent alors même que certains ne savent même pas comment se payer de quoi manger.

On le perçoit comme une injustice sociale souhaitant comme en 1789, que le peuple prenne aux riches tout ce qu’ils n’ont pas. Alors on se dit qu’en cassant tout, le monde va comprendre que le peuple est opprimé. Mais en 1789, comme en 1968, ou comme après chaque guerre, le peuple a-t-il été plus riche alors que les biens des riches furent  largement détruits ? Brûler des voitures, arracher du bitume, détruire les monuments historiques va-t-il rendre plus riches les habitants des banlieues ? Empêcher les gens d’aller travailler, mettre en péril leur emploi, bloquer les commerces va-t-il augmenter le pouvoir d’achat de ceux qui devront par leur fiscalité payer ce qu’il faudra réparer ?

Je ris de ceux qui croient toujours que c’est aux assurances de payer, à l’Etat de financer. Mais l’Etat c’est nous. Et l’Etat c’est nous dans le monde. Faire tourner la planche à billets pour créer de l’inflation, c’est faire perdre à la France une part de sa compétitivité et à brève échéance assassiner l’emploi.

Aujourd’hui le monde de l’entreprise n’existe que parce que certains ont investi leur richesse qu’elle soit personnelle ou actionnariale. Il est un fait que plus l’employé fournit du travail, et plus l’investisseur et/ou les actionnaires vont s’enrichir, et, sans doute parce que moins nombreux, plus rapidement que le travailleur. Alors, on s’insurge, parce que ce n’est pas juste. Pourquoi pas juste, je ne sais pas ! Inéquitable peut-être, mais injuste non. Inéquitable d’autant quand l’écart se creuse de façon abyssale, que les patrons gagnent des millions alors que les salariés voient leurs salaires bloqués.

Je voudrais pouvoir expliquer les raisons de ces inégalités, mais tant de pages seraient nécessaires que je suis sûr de ne pas être lu.

Bien ! La France est en faillite. Plus de sous pour fonctionner alors on essaie de colmater les brèches par où coule le navire. On ne peut couper les vivres et  et les possibilités d’enrichissement aux investisseurs, car ces derniers iraient investir ailleurs, et ce ne ferait que précipiter la faillite. On ne peut augmenter les salaires, pour les mêmes raisons car si le travail déjà très cher en France venait à coûter encore plus cher, les mêmes investisseurs partiraient à l’étranger. Augmenter les taxes directes ou indirectes comme la TVA plombe le pouvoir d’achat qui est déjà réduit au minimum pour la majorité des français.

L’Etat propose de tailler dans les finances publiques, en supprimant des équipements =>moins d’hôpitaux, moins de trésoreries, moins de bureaux de poste, moins de tribunaux, suppressions des réseaux ferrés secondaires, moins d’entretien des réseaux ferrés, routiers, télécom etc…, moins d’enseignants, moins de militaires, de policiers et de fonctionnaires de manière générale. Moralité, cela génère une paralysie quasi générale de notre service public, mais sur un malentendu, l’effet démagogique de l’effort de l’Etat peut passer.

Par contre l’Etat ne veut pas se lancer dans de grandes réformes structurelles. (Je rappelle que l’Etat c’est nous). Pas moins d’élus, pas moins de structures ou d’agences ou de commissions ou de services bien souvent inutiles mais générateurs d’un coût disproportionné pour le pays bien que créateurs d’emplois. Pas moins d’avantages en nature de toute sortes, appartements et/ou voitures de fonction, prise en charge de frais divers.

Peut-être parce que quarante années de fonctionnariat m’ont convaincu du bienfait du service du public, je regrette que la baisse des dépenses de l’Etat passe par une démolition du service public. Surtout qu’au final, il est clair que cela n’arrange en rien le pouvoir d’achat de l’usager qui au contraire doit faire des kilomètres supplémentaires pour atteindre un service qui est de moins en moins public et de plus en plus privé voué à l’hégémonie de la rentabilité.

Comme je refuse de rentrer dans les théories démagogiques à la Robin des Bois, je fais une proposition que j’aimerais voir reprise par les parlementaires :

Elle se résume à un slogan « toute condamnation doit être payée ».

Aujourd’hui celui qui est condamné à payer, une amende, une indemnité des remboursements etc…n’est pas poursuivi s’il ne peut pas payer pour des motifs divers et variés.

Et bien moi, je trouve cela vraiment injuste.

Je propose donc que les mêmes règles appliquées aux successions soient appliquées pour le paiement d’une dette, et que toute fraude, toute casse, tous frais consécutifs d’une faute soit payés en premier lieu par l’impétrant, et en cas d’insolvabilité, par ses ayants droits selon l’ordre successoral, et que les poursuites s’exercent jusqu’au règlement de la dette. Aux familles de régler leurs problèmes économiques communautaires à la place du contribuable.

Je vous laisse méditer sur les conséquences de ce projet de loi qui peut atteindre n’importe qui au moment où il s’y attend le moins. Peut-être que des assurances viendront couvrir le risque, mais on peut espérer que certaines familles verront leur devoir avant de parler de droits.

Et pour boucler avec le début de cet article, peut-être qu’ainsi les casseurs que l’on connaît et qui viennent jouer sur le terrain de manifestations fondées sur un mal être reconnu par tous, ne rentreraient pas impunis chez eux, pendant que vous et moi allons rembourser leurs dégâts.

Bonnes fêtes.

Partagez