J’ai fait la foire aux livres de Ruynes En Margeride (15)

Ce samedi 14 juillet 2018, j’ai fait la foire aux livres de Ruynes en Margeride.

J’avais, contre la modique somme de 7 €, réservé une place sous chapiteau, avisé des orages venant fréquemment perturber la fête nationale.  Juste histoire de ne pas contredire la coutume, quelques gouttes se sont invitées de bon matin obligeant quelques exposants à bâcher en urgence l’exposition de leurs ouvrages.

On avait annoncé une centaine d’exposants ! Je n’ai pas compté, mais ce fut une chose possible. Beaucoup de vendeurs de livres d’occasion à bon marché, quelques maisons d’édition et d’autres, à mon image, auto-éditeurs avides de séduire un public supposé bon lecteur.

Acquérir des livres à 0.50 ou 1 €, même si de nombreux doigts les ont feuilletés, reste un plaisir à faible coût. Les foires aux livres existent, et perdurent ce bonheur, où petits et grands peuvent jouir d’une bande dessinée ou d’un roman convoité.

Les autoéditeurs, ou les auteurs désirant écouler leur stock d’œuvres ne sont pas à la fête dans ce genre d’évènements.

L’édition à compte d’auteur ou l’autoédition oblige toujours l’auteur à pré-financer son stock. KDP (AMAZON) offre aux auteurs, le meilleur rapport de rémunération selon la règle des 3 tiers. 1/3 pour l’auteur, 1/3 pour l’imprimeur, 1/3 pour le distributeur. Ainsi lorsque vous achetez un stock de votre livre, AMAZON considère que vous en êtes aussi le distributeur, et seul l’imprimeur est rétribué. Les autres maisons d’édition n’offrent qu’une faible ristourne pour l’achat de stock et ne rémunèrent les auteurs qu’entre 5 et 10 % du prix de vente.

Aux auteurs en recherche d’éditeur, rappelons de ne jamais accepter un contrat d’un éditeur qui vous demande de prépayer (souvent plusieurs milliers d’euros) l’édition de votre livre.

J’avais à côté de moi, le directeur des Editions du Volcan, qui exposait nombre d’ouvrages sur un bon linéaire. Ce fut pour moi l’occasion de lui demander quelques explications sur cette fameuse ligne éditoriale derrière laquelle se retranchent  les maisons d’édition qui refusent un manuscrit. Sa réponse n’a fait que confirmer ma pensée. De ligne éditoriale, il n’y a point ! Seule prime l’impression du patron. Il aime ou il n’aime pas. S’il aime, il soumet au comité de lecture pour avis, et au final il tranche. In fine, ce n’est pas parce qu’une maison se réclame de polars qu’il éditera votre roman policier alors qu’une maison plus éclectique vous ouvrira peut-être ses portes. Mais il m’a dit aussi, ce qui n’étonnera personne, qu’il croule sous les manuscrits. Sérieusement, il essaie de les lire tous. Ceux qui lui tombent des mains au bout de quelques pages n’iront pas loin. Ceux qu’il lit avec plaisir jusqu’au bout méritent d’être retenus. Il prend alors contact avec l’auteur et cette entrevue lui permettra de savoir s’ils peuvent travailler ensemble, car selon mon interlocuteur, auteur et éditeur doivent avoir le même ressenti et être fusionnels. Aussi, il conseille aux auteurs d’envoyer au préalable de leur manuscrit, une lettre de motivation avec le pitch de l’ouvrage et la description de leur démarche d’auteur. Il dit sentir dans cette lettre si une relation avec l’auteur est plausible, et alors, seulement, il commandera le manuscrit. Aux Editions du Volcan, comme partout ailleurs, le délai de réponse est au minimum de 4 mois.

Je ne crois pas tellement à la lettre de motivation. Sans doute cela peut-il fonctionner dans de petites cellules, mais dans les grandes maisons d’édition qui reçoivent plusieurs milliers de manuscrits par an, ce sont les premières pages de lecture qui conditionnent l’avenir du livre. La relation fusionnelle n’arrive qu’in fine, une fois que l’œuvre a été choisie. De plus, j’ai idée qu’un écrivain laisse toujours un peu de lui dans ses écrits et un éditeur tout avisé qu’il est, doit être en mesure de percevoir entre les lignes la personnalité de l’auteur.

Donnons crédit à mon voisin du jour, mais le blabla fait aussi partie de la culture éditoriale. Soyons lucide le livre reste un produit qui ne vaut, dans la chaîne commerciale, que le prix de l’objet. Un éditeur lit et choisit en fonction de l’image qu’il pense que le grand public en aura. Sauf à détenir le moyen d’une jouissance personnelle qui ne peut être qu’exceptionnelle, un éditeur ne pense, comme tout responsable d’entreprise, qu’à son chiffre d’affaires. Et la lubie ne s’arrête point là, car les libraires abreuvés de centaines d’offres quotidiennes ne disposent sur leur linéaire que ce qu’ils sont sûrs d’écouler en volume et sans délai.

Pour obtenir cette assurance de distribution, il faut du marketing et ça, ça coûte. Si l’éditeur, sûr de son choix, mise sur vous, c’est le Graal. La chance est là et ça peut fonctionner, car aucun éditeur censé n’acceptera de miser à perte. Mais attention, le marketing littéraire n’est pas une « newsletter » expédiée dans un réseau de libraires ou quelques journalistes littéraires qui en reçoivent des dizaines chaque jour. Le marketing littéraire, c’est le matraquage tous médias confondus, c’est l’accompagnement de chaque instant qui suit la sortie du livre, de l’affichage, des interviews, des flyers, des dédicaces annoncées à grand coup de pub. C’est un budget de quelques centaines de milliers d’euros, mais l’éditeur s’y retrouve si le livre vendu une vingtaine d’euros atteint 100 000 ventes. Pour information, les 10 meilleures ventes oscillent chaque année entre 500 000 et 1 Million. CQFD. Il s’agit bien d’un business fortement lucratif, mais que sont 10 auteurs, même 100 dans la foule des milliers d’auteurs qui rêvent de ce succès.

Alors, que peut espérer un bambin auteur comme moi ?

J’ai déjà expliqué dans un précédent article la notion des 3 cercles. Le premier cercle, celui des amis et familles est rapidement atteint et conquis. Le deuxième cercle, si le livre plaît est amorcé par une lecture en seconde main relevant plus du prêt que d’un nouvel achat. Le 3e cercle, celui du grand public est un doux rêve qui n’est atteignable que si l’auteur accepte de miser un peu de fortune. Les offres alléchantes sont à portée de stylo. Facebook est un bon relais, les forums à thème également, les clubs de lecteurs, etc.. Mais tout cela demande beaucoup de temps et rares sont les écrivains qui s’y complaisent. Un auteur aime se retrouver devant son clavier pour écrire, créer, animer des personnages et des histoires. Faire du buzz pour animer les robots GOOGLE est rarement un kif. Pour cela il a besoin d’être aidé, et si certains s’ennuient sachez qu’il y a de la demande et probablement un peu d’argent à se faire.

Bref ma moisson d’hier se contenta donc du premier cercle. Le chaland passe devant les stands et ne s’arrête que s’il est attiré par une image, un nom, un truc dont il a déjà entendu parler. Ces séances de dédicace continueront donc de m’ennuyer encore longtemps, mais ne pas les faire serait enterrer l’œuvre. Alors c’est parti pour la prochaine à Pierrefort dans le Cantal le 21 octobre prochain.

 

Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *